Déjeuner chez l’Archevèque

Mardi 24 septembre:

8 heures du matin, heure locale, nous arrivons enfin à Douvres. Nous sommes un peu fatigués mais peu importe. Nous avons faim très faim même. Nous décidons donc de prendre contact avec la vraie réalité de terrain et de chercher où prendre un vrai petit déjeuner Anglais.

Quand on se lance dans cette quête, encore faut-il être du cru. Car qui sait que Douvres n’a plus vraiment de centre ville? Quel touriste de base sait où manger, ailleurs que le long de la grande route qui mène à Londres? Nous tournons, tournons sans trouver notre bonheur. Nous tournons si bien que nous nous retrouvons sur la route de Canterbury. Bon, on n’avait pas prévu d’y aller ce jour là. Mais peu importe. Nous allons improviser et faire des petits contre-temps du matin une chance. Nous voilà donc en route.

Nous ne savions vraiment pas à quoi nous attendre. Nous nous doutions bien que quelque part, en toute logique nous trouverions bien une cathédrale. Quand nous sommes arrivés nous avons d’abord vu une ville anglaise typique. Elle offrait ses alignements de maisons, ses grandes avenues en périphérie. Puis nous avons pénétré dans le cœur de la ville. Et là…

canter6

canter24inserNous avons tourné un peu pour finalement nous arrêter en plein centre ville. Il y avait un dédale de petites rues. Nous avons tout de suite pris le parti de nous y perdre un peu. Bon, question petit déjeuner nous n’avons pas trouvé la perle rare capable de nous servir le méga breakfast que nous voulions. On a donc du se contenter d’un café chic et branché mais qui passait de la bonne musique nous fumes ainsi accueillis par Janis Joplin.

C’est donc dans une atmosphère propice au dépaysement que nous avons entamé la visite de la ville. Comme beaucoup de touristes venant en ces lieux il nous semblait indispensable d’aller voir la cathédrale. Pendant toute la durée de notre déjeuner, elle nous faisait de l’œil, ses deux tours émergeant peu à peu d’un voile de brume. Nous voilà donc parti à l’assaut de cette bâtisse. Mais comment y accéder? Nous avons commencé à tourner autour du pâté de maisons, découvrant au passage une jolie petite place, mais de cathédrale, point.

C’est en remontant une petite rue étroite bordée par quelques maisons à colombage que nous avons eu l’explication. Le bâtiment a conservé son enclos. C’est donc derrière une porte, dans une immense cour que nous avons trouvé la magnifique église.

Il y a quelque chose majestueux dans cette configuration. Les tours, les murs dominent une vaste esplanade mais aussi grande soit-elle, celle-ci est écrasée par les dimensions phénoménales de la construction. Le visiteur est totalement envahi par cette vision. Il se sent tout petit.

canter25

Nous étions en plein dedans, dans un cliché qui fait de l’Angleterre un lieu préservé. Une sorte de musée à ciel ouvert où chaque chose aussi désordonnée qu’elle puisse paraître, semble s’intégrer dans une harmonie plus globale, douce et un peu désuète.

canterbury

C’est un lieux particulier qui a gardé beaucoup d’originalité. En effet, contrairement à ce que nous connaissons généralement en France, le cloître est encore là. C’est d’ailleurs par là que nous avons débuté la visite. Précision importante, les bâtiments religieux sont payants en Angleterre (£9.50 plein tarif… et ce n’est pas le bâtiment le plus cher à visiter !). C’est difficilement imaginable mais bon…

canter13

canter12

Mis à part les dimensions exceptionnelles, l’intérieur est remarquable par le chœur, qui est préservé avec l’ensemble des stalles dédiées aux chanoines. Les marchands du temple n’ont pas été mis dehors et dans la cathédrale et à la sortie, passage obligatoire par la boutique. C’est kitch, éclectique, cher. Il vaut mieux passer sont chemin. Nos amis british semblent d’ailleurs avoir une relation particulière avec le commerce. Pas une ville sans sa grande rue commerçante. Il y a tout le temps du monde. Il y a des pubs, plein de boutiques. Mais sauf à de rares exceptions, la rue n’en est pas pour autant totalement défigurée.

canter22

canter21

Ce que nous avons pu découvrir furent les vestiges d’une ancienne cité médiévale, encore entourée par un semblant de remparts transformés en un joli jardin d’agrément.

canter19

canter33

canter29

Après cette grande visite, il était temps de reprendre la route vers Londres. Prendre les chemins détournés ne fut pas la meilleure idée que nous eûmes mais il ne fallait pas couper trop vite avec le sentiment de lenteur que nous avions ressenti pendant ces quelques heures, entre passé et présent.

Publicités

4 réflexions sur “Déjeuner chez l’Archevèque

  1. L’accès aux bâtiments religieux est payant. Mon Dieu ! Si je vais à confesse, j’allège à la fois mon esprit et ma bourse donc ?
    Canterbury certes (chouettes photos et beau récit), mais quid de vos estomacs ? Ce café chic et encore branché sur Janis Joplin vous a-t-il permis de bien vous sustenter ?

    • Eh non, ce premier breakfast anglais fut bien décevant : deux expresso tord-boyaux, et quelques toasts avec une confiture légèrement piquante.
      Mais nous allions vite nous rattraper et nous gaver de bacon, d’oeufs et de baked beans !

      • Ouf, grâce aux baked Beans, ce ne fut pas la fin des haricots côté alimentation ! Vivement la suite de vos aventures !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s